Siphon T. Courtin & Cie, Le Havre

Cette semaine je voulais vous présenter ce magnifique siphon vert du Havre.
Certaines parties sont rehaussées de couleur OR dont l’ange, allégorie de la Renommée.

Usine Havraise
T. Courtin & Co
Le Havre
Eau filtrée système pasteur.

 

A défaut de retrouver l’historique de l’entreprise jusqu’aux bombardements de septembre 1941 (date de la fin d’activité comme vous vous en doutez) voici quelques anecdotes glanées dans Le petit Havre, le journal local de l’époque :

– Journal Le petit Havre du lundi 03 juillet 1914

Etude de Maître REMOND, notaire au Havre, 33, rue Fontenelle.
Deuxième Avis
Suivant acte reçu par Maître Rémond, notaire au Havre, le 30 juin mil neuf cent quatorze, M. Pierre-Théodule COURTIN, fabricant d’eaux gazeuses, demeurant au Havre, rue Béranger, n°18, époux de Madame Aimée-Marie-Eléonore MORICE, a vendu a M. Alfred-Joseph COURTIN, capitaine au long-cours, demeurant au Havre, rue Bernardin-de-Saint-Pierre, n° 6, le fond de Commerce de Fabrication d’Eaux gazeuses, Limonades et Sirops, qu’il exploitait au Havre, rue Béranger, n° 18, comprenant :
1- La clientèle et l’echalandage y attachés ;
2- les objets mobiliers, le matériel de fabrication et le matériel industriel servant a son exploitation ;
3- les marchandises se trouvant en magasin ainsi que les matières premières ;
4- et le droit au bail des lieux ou s’exploite ledit fonds.

Les oppositions, s’il y a lieu, devront être faites à peine de forclusion dans les dix jours de la présente insertion et seront reçues au Havre, rue Béranger, n° 18, au siège du fonds de commerce vendu, domicile élu par les parties. Cet avis renouvelle celui paru dans ce même journal, le trois juillet mil neuf cent quatorze.
Pour deuxième avis : Ch. RÉMOND

– Même journal le 27 aout 1918 dans la rubrique « Faits Locaux » :

Mlle Marthe BERTIN, âgée de 15 ans, demeurant rue Gustave-Flaubert, 90, en travaillant chez M. COURTIN, fabricant d’eaux gazeuses, rue Béranger, 18, a été victime de l’éclatement d’un siphon. Un des fragments de verre l’atteignit à la gorge et lui fit une profonde blessure qui nécessita son admission à l’Hospice Général.

– Toujours le même journal mais le lundi 25 aout 1919 dans la rubrique « VOLS » :

Une roue de rechange d’automobile a été volée au préjudice de M. COURTIN, fabricant d’eau de Seltz, 18, rue Béranger. Cette roue était maintenue à l’arrière de la voiture au moyen d’une grosse corde qui fut coupée. Le vol fut commis soit le 22 aout, devant le café Hardy, cours de la République, entre 20 h. 15 et 20 h. 30, soit le 23 août, devant le domicile du
fabricant, entre 6 h. 30 et 10 h. 30.

A noter que l’on retrouve quelques pages plus loin dans la rubrique « AVIS DIVERS » du même journal :

ROUE DE SECOURS PERDUE
Gaulois 80X3 1/2 et chambre a air. — La rapporter chez M. COURTIN, 18, rue Béranger, — Forte récompense.

* * *

Les bombardements du Havre début septembre 1941 mirent fin à l’activité de l’entreprise. Pour rappel il s’agissait des bombardements aériens menés par les Alliés sur Le Havre en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Havre fut la grande ville la plus détruite de France. C’est pour dire à quel point ce siphon est un véritable rescapé de la guerre.

A noter aussi qu’il existerait une photo d’un véhicule de cet établissement P. 161 du livre « Le Havre, 1940-1944. Tome I, 1940-1942 : cinq années d’occupation en images  » / Jean-Claude et Jean-Paul Dubosq — 1995
Malheureusement je n’ai pas les moyens de vérifier l’information.

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des documents ou des informations à partager avec moi sur le sujet.

Merci par avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *